:: nos travaux

  • Les qualités qu’apportent les femmes pour des entreprises plus innovantes et compétitives

    #DigitalCitizen La chronique de David Lacombled dans L'Opinion

    Parité, le jour d’après

    ​Les transformations numériques n’ont pas eu les résultats espérés sur la condition des femmes dans le monde de l’entreprise. Plus que jamais, les hommes doivent s’engager pour la mixité

    «(...) Plus de souplesse, plus de réactivité, plus de hauteur de vue, d’harmonie et d’écoute, moins de compétitions futiles ​: les qualités qu’apportent les femmes participeront à façonner des entreprises plus innovantes et compétitives.»

    >> Lire la chronique

  • Panorama, notre outil de veille collaborative

    Regarder, partager, commenter

    Création d'un outil de veille collaborative réservé aux membres de La villa numeris sur les fake news, l'intelligence artificielle et les territoires connectés

    Les membres de La villa numeris sont invité à poster et à commenter les informations qui méritent d'être partagées pour nourrir notre réflexion et alimenter nos travaux.

    >> Suite

  • 🔐 La Tech va humaniser la santé, Pascale Witz

    Fiche de lecture

    Vecteur d’accélération

    Un regard et une analyse aiguisés par trente années passées dans la Tech comme dans la santé offrent un point de vue de l’intérieur avec de nombreux exemples et initiatives mis en place

    «La pandémie l’a montrée avec force, la Tech est bien l’avenir de notre santé, parce qu’elle va transformer notre rapport général au traitement, de la détection au diagnostic, du développement de nouvelles molécules à la personnalisation du traitement, de la prévention au suivi de chacune et chacun d’entre nous quand nous devenons des patients». L’ancienne dirigeante de Sanofi et de GE Healthcare, Pascale Witz, dans son essai « La Tech va humaniser la santé», montre comment «la Tech s’apprête à faire entrer le monde de la santé dans une nouvelle ère». Forte de «trente ans passés au carrefour de la santé et de la Tech», elle entend partager son expérience et la relation «très particulière» tissée entre Tech et santé.

    >> Suite

  • #DataTransfer Warm up

    Création d'un groupe de travail

    Gagner en stabilité

    Entre sécurité et vie privée, les règles entourant la protection des données, et en particulier leurs transferts transfrontaliers, sont chargées d’enjeux politiques touchant à la fois aux relations diplomatiques ou économiques entre les pays

    Face à une insécurité juridique importante et persistante pour l’ensemble des acteurs privés et publics, La villa numeris créée un groupe de travail sous la direction de Valérie Chavanne, avocate.

    Engagés derrière une innovation galopante et responsable, nous souhaitons alimenter le débat public avec des analyses d’experts pluridisciplinaires, des témoignages et des propositions de solutions pour sortir de l’insécurité voire de l’illégalité sans attendre.

    >> Suite

  • Attention aux contrefaçons

    La chronique de David Lacombled dans L'Opinion

    Deepfakes. Mission: impossible

    ​La technologie seule ne saurait suffire à combattre les manipulations de l’information. Nous devons mettre en place une force de frappe en matière de prévention et d’éducation, de signalement judiciaire et de riposte

    «(...) La course à l’armement technologique, et informationnelle en l’occurrence, n’empêche pas les menaces et les affrontements. C’est bien d’une doctrine dont il faut se doter pour mettre sous tension les ressources et talents inestimables qu’un pays comme le nôtre possède.»

    >> Lire la chronique

  • Un livre blanc du CFPJ avec notre contribution

    En téléchargement gratuit

    5 tendances média

    Les fake news décryptées par le Centre de formation et de perfectionnement des journalistes (CFPJ) sur la base des travaux de La villa numeris

    «Face aux fake news, c’est à chacun d’agir en vigie de l’information dans le vaste océan du numérique»

    >> Voir

  • 🔐 L’entreprise libérée par le petit patron naïf et paresseux

    Fiche de lecture

    Libérée, délivrée

    Un témoignage enthousiasmant de l’expérience vécue au sein d’une entreprise libérée des contraintes favorisant l’autonomie de ses ouvriers

    Prem’s. Favi est «l’entreprise libérée». Jean-François Zobrist se revendique comme «le petit patron naïf et paresseux». Pour Isaac Getz, auteur de L'entreprise altruiste, il s’agit là de la première entreprise en Europe qui aurait donné dès 1983, «cette dimension de liberté des ouvriers, liberté uniquement encadrée par quelques valeurs ». Les succès sont au rendez-vous pour la société où la confiance est célébrée jour après jour.

    >> Suite

  • Comme une urgence à se faire entendre

    La chronique de David Lacombled dans L'Opinion

    La voix cherche son chemin

    Applications, réseaux sociaux, commandes vocales, la culture orale perpétue sa tradition

    «(...) Le marché de l’attention est encombré. Il est particulièrement difficile de s’y distinguer et d’y trouver une juste rémunération. D’autant plus que le «podcast», qui se veut original, souffre de l’autre phénomène tout aussi florissant du "replay".»

    >> Lire la chronique

  • 🔐 Notre travail sera-t-il plus intelligent? Bernard Abate

    Fiche de lecture 

    A échelle humaine

    Un essai comme un «déchiffrement du présent» pour montrer la façon dont travail et intelligence interagissent

    «Aux champs, le tracteur guidé par satellite pour labourer, faucher ou moissonner en optimisant l’espace et les déplacements, a servi de précurseurs à une cohorte de machines intelligentes». Le haut-fonctionnaire Bernard Abate souligne combien leur rôle se fait de plus en plus grand à l’ère de la révolution numérique dans son essai «Notre travail sera-t-il plus intelligent? Ce qui change avec le numérique». Pour lui, «La technique sépare le travail d’un capital d’intelligence qui s’accumule à distance du travailleur». Pour celui qui se consacre à l’élaboration d’une compréhension globale du travail et de la technique, «la révolution numérique annonce une des fins possibles de cette séparation». 

    >> Suite

  • La retraite n'est pas pour demain

    La chronique de David Lacombled dans L'Opinion

    Pour mettre fin à la lutte des classes d'âge

    Revaloriser le travail des séniors pour anticiper l'allongement de l'âge de départ à la retraite

    «(...) si vous pouvez prétendre à une retraite à taux plein à l’âge de 62 ans, vous êtes considéré comme un «sénior», selon le vocable le plus couramment utilisé, en entreprise dès 50 ans, véritable plafond de verre professionnel.»

    >> Lire la chronique