Notre grand témoin

1er invité : Teddy Pellerin, co-fondateur de Heetch

//. Teddy Pellerin, bio express :

Après 3 années à travailler pour différentes startup de l’énergie solaire, Teddy rejoint, début 2011, une amie d’école au Maroc : elle a lancé Mydeal.ma, un site d’achat groupé (type Groupon), qu’ils développent ensemble pendant 2 ans.

Début 2013, Teddy rentre en France et fonde Heetch avec un de ses amis. Heetch est une application mobile qui permet aux jeunes de se déplacer la nuit.

//. Présentation de Heetch :

En tant que plateforme de l'économie du partage, Heetch permet de mettre en relation des particuliers : des passagers et des conducteurs qui souhaitent amortir une partie des coûts de leur voiture. Heetch permet de créer de la mobilité nocturne (75% des trajets ont lieu le jeudi, vendredi, samedi soir), chez les jeunes (80% de moins de 25 ans), en banlieue (70% des trajets font intervenir la banlieue) et apparaît comme la solution permettant aux jeunes de s'épanouir lors de leurs sorties.


Ressources documentaires

Petite revue de presse sur l'économie des plateformes

 

//. Principe d'innovation

Les Echos, 3 mars 2017, David Barroux

En brisant les ailes d'une des trop rares start-up françaises, la justice adresse d'abord un mauvais signal aux entrepreneurs tricolores. A l'heure de la révolution numérique, l'Hexagone devrait être une terre d'asile pour les projets innovants. >> Lire l'éditorial

//. L’économie des plateformes décolle : comment mettre le phénomène à profit en France ?

MyD-Business, 16 janvier 2017, Francis Hintermann

BlaBlaCar, Le Bon Coin ou encore Drivy, les plateformes digitales* d’origine française sont de plus en plus nombreuses. Dans le sillage de la généralisation du mobile, du développement du cloud et de la révolution émergente de l’Intelligence Artificielle, les plateformes – ces entreprises qui créent de la valeur en facilitant l’échange de produits et/ou de services entre plusieurs groupes d’acteurs économiques – montent en puissance. Quelle est la place de la France ? >> Lire l'article

//. Taxer l’économie collaborative sans la tuer

Les Echos, 20 février 2017, Jean-David Chamboredon

Il faut bâtir un système qui ne pénalise pas l’essor des plate-formes dès le premier euro. L’enjeu est en effet de les laisser atteindre une masse critique pour survivre. >> Lire la tribune

//. Quelle régulation pour l'économie des plateformes ?

Millénaire 3, 9 septembre 2016, Stéphane Grumbach

Stéphane Grumbach décrypte le caractère « disruptif » de l’économie des plateformes. Celles-ci s’imposent en effet comme les intermédiaires incontournables entre fournisseurs et utilisateurs dans un nombre sans cesse croissant de secteurs d’activités. Il soulève également un enjeu crucial pour l’Europe, et notamment pour une métropole telle que Lyon : faire émerger de véritables challengers face aux plateformes américaines. Il en va selon lui de la capacité à ancrer la valeur en Europe et construire une régulation adaptée à l’économie des plateformes. >> Lire l'interview


#DigiLex Observatoire des enjeux législatifs

La transformation digitale et le Législateur

Après #DMm Digital Mappemonde et #DigitalTrends, La villa numeris anime un troisième cycle de rendez-vous #DigiLex avec Jérôme Bignon, sénateur, et François Raymond, directeur de Treize Articles.

Nos précédents débats :

Un observatoire des enjeux législatifs de la transformation digitale de notre société 

Nous entendons confronter trois points de vue sur un sujet majeur de la transformation digitale de notre société :

  • Les attentes et les craintes des citoyens
  • Le Législateur qui fait la loi
  • Les experts, professionnels du digital 

Pour cela, lors de notre rendez-vous :

  • Une étude est réalisée par Treize Articles pour mettre en lumière les attentes et les craintes des citoyens et des consommateurs face à une dimension particulière de la révolution numérique
  • Un expert, professionnel du numérique, propose des pistes de réflexion prospectives sur les évolutions de la problématique choisie, 
  • Un représentant du Parlement, précise les enjeux législatifs de ces évolutions potentielles.

Il s'agit d'un rendez-vous qui se déroule au Palais du Luxembourg, sur invitation et inscription. 

Pour aller plus loin

>> 3 questions à Jérôme Bignon


3 questions à ...

Jérôme Bignon : "Ouvrir de nouveaux chemins"

Avocat, Jérôme Bignon est sénateur (LR) élu dans la Somme. C'est un expert de l'aménagement du territoire et du développement durable.

//. La villa numeris : Pourquoi lancer aujourd'hui un Observatoire des enjeux législatifs de la transformation digitale de notre société ?

Jérôme Bignon : Il est nécessaire et urgent de réfléchir aux évolutions radicales, inimaginables auxquelles la transformation digitale du monde nous conduit. Un observatoire pour regarder et étudier ces évolutions paraît un outil approprié.

//. Vous êtes sénateur et avocat. En quoi le digital transforme-t-il la loi ?

JB : Comme avocat, je suis particulièrement sensible à la règle de droit. Comme parlementaire, j'ai eu le privilège de participer à son élaboration. Le digital est d'abord en lui-même un facilitateur de l'application et de l'interprétation de la règle.
Par sa fulgurance, il est aussi ce moyen fantastique d'ouvrir de nouveaux chemins dans tous les champs du droit mais également du technique et oblige donc à faire évoluer les règles du droit.

//. Très en pointe sur tous les sujets liés à l'environnement et à l'aménagement, en quoi le numérique peut-il permettre de connecter les territoires ?

JB : Les territoires souffrent de l'éparpillement et de l'éloignement. Le numérique supprime la distance et organise la présence en temps réel.

Pour en savoir plus sur Jérôme Bignon :

>> Sa bio sur le site du Sénat

>> Son compte Twitter


#DigitalTrends avec Alexandre Mars, ressources documentaires

//. Bio express d'Alexandre Mars

Alexandre Mars, fondateur et CEO de la Fondation Epic, est un serial entrepreneur, expert en nouvelles technologies
et philanthrope engagé. La Fondation Epic réunit des compétences technologiques, marketing, business et sociales mises au service de la lutte contre les inégalités touchant la jeunesse à travers le monde.

>> Lire sa bio

>> Aller sur le site de la Fondation Epic

//. Pour aller plus loin

Eloge du "fundraising"

Les Echos, 29 mars 2017, Gaspard Koening

Que l'on reçoive 5 ou 5.000 euros, il faut savoir répondre, écouter, partager : chaque donateur, aussi modeste soit-il, est sacré. >> Lire la tribune


La stratégie internationale de la France pour le numérique

Pour une France fer de lance digital d’une Europe conquérante

La villa numeris salue le caractère inédit et ouvert de la consultation publique du ministère des Affaires étrangères et du Développement internationale sur la stratégie internationale de la France pour le numérique. Et c’est avec beaucoup d’enthousiasme que nous y contribuons. Ainsi nous avons posté plusieurs avis et propositions sur le site de la consultation.

La France, forte de ses talents, unanimement reconnus et recherchés,- les jeunes ingenieurs francais sont très prisés dans la Silicon Valley-, d’un savoir-faire qui fait autorité, de trois langues les plus parlées au monde (anglais, espagnol et français) et de marques fabuleuses, historiques, culturelles et commerciales, se doit d’être le fer de lance d’une Europe conquérante, sur ses points de force:, son ouverture et sa capacité à créer ds projets industriels complexes pour développer une véritable vision afin d’aborder la prochaine révolution du digital (nanotechnologies, biotechnologie, robotique, et cognitif-intelligence artificielle) dans les meilleures conditions.

Read more

Vers un portrait-robot digital des entreprises

Interview de David Lacombled parue dans Archimag le 8 février 2017

"Tout est désormais digital. Au point parfois de ne plus vraiment savoir de quoi nous parlons. Nous allons ainsi définir ce qui est du ressort de l’empreinte digitale des entreprises. BVA s’est associé à nous afin de la mesurer pour dresser le portrait-robot digital des entreprises françaises. (...)"

>> Lire l'interview sur le site d'Archimag

 


Marque ouvre toi


Les marques peuvent-elles encore diriger leur produit & leur image ?


David Lacombled, président de La villa numeris, participait un débat organisé par Thinkers & Doers et Le Journal du Dimanche, modéré par Amandine Lepoutre (La Société Anonyme), avec Caroline de Maigret, mannequin et productrice, Adrien Labastire, Fondateur et directeur général adjoint de Golden Moustache, mardi 16 janvier 2017.Cela fait bien longtemps que le leadership d’opinion n’est plus l’apanage des marques seules. Alors comment peuvent-elles encore diriger leurs produits et leur image ? Est-il temps de lâcher du lest ?

>> Voir le site Thinkers & Doers

Sur Internet, le pari de l’authenticité

Pour David Lacombled, cité dans Le Journal du Dimanche (édition du 22 janvier 2017), "Si vous n’avez pas d’empreinte digitale, vous êtes suspect"

>> Lire l'article du Journal du Dimanche

>> Voir les interviews vidéos sur la page Facebook du JDD


La « smart city » à la française fait fausse route

Tribune de Nathalie Dupuis-Hepner et Eric Villemin, membres des Company Doctors, publiée par Les Echos

Les premiers pas de la «smart city», en France, sont décevants. Les infrastructeurs lourdes se multiplient sans retour sur investissement. Mieux vaudrait des stratégies de co-construction avec les citoyens.

>> Lire la tribune sur le site des Echos


#DigitalTrends avec David Baverez

1.pngVive la pensée tonique

Compte-rendu | Ressouces | Photos @Facebook

Investisseur installé à Hong Kong depuis 2011, auteur de Génération Tonique (Plon), David Baverez était le premier grand témoin de#DigitalTrends mercredi 4 janvier 2017.

Fort de son expérience et de son observation, David Baverez a notamment montré les opportunités pour l’Europe de construire une « Nouvelle route de la Soie digitale » vers la Chine.

//. Le digital ? La chance de l’Europe pour les 5 prochaines années

"Pour David Baverez, les Occidentaux « ont, en Chine, une fenêtre de tir d’un quinquennat ». Cette chance « incroyable » est limitée dans le temps. En effet, au bout de ces quelques années, les Chinois seront capables de reproduire et « n’auront plus besoin de nous ». Ils auront, ainsi, acquis la maitrise de la voiture connectée. Il est temps pour  l’Europe de s’approprier la révolution digitale. L’auteur de Génération Tonique décèle ainsi deux temporalités au sujet de cette révolution. >> Lire le compte-rendu


connect