in Romania - Rencontre du 9 avril 2019

Compte-rendu | Vidéo

Le numérique en Roumanie, «un secteur de pointe»

Dans le cadre de la Saison France-Roumanie 2019, La villa numeris, forte de ses convictions européennes, organisait un rendez-vous autour du secteur numérique roumain et ses opportunités le 9 avril. La matinée, qui se déroulait dans les locaux de l’Ambassade de Roumanie en France, a permis aux participants de découvrir un écosystème très fertile.

Avec un chiffre d’affaires de plus de 4 milliards d’euros et une contribution au PIB de 6%, le numérique est «un secteur de pointe dans l’économie roumaine» explique Luca Niculescu, ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de Roumanie en République française lors de l’introduction à la matinée. Le pays, qui préside le conseil de l’Union européenne pour la première fois jusqu’en juin, a de multiples atouts à l’image de Cluj-Napoca, la Silicon Valley roumaine. Ce hub technologique est «un terrain fertile au plein cœur de la Transylvanie» explique Paul Stefanut, french liaisons associate de Spherik Accelerator.

Aussi, des initiatives sont mises en place pour découvrir l’activité foisonnante dans cette région du centre-ouest de la Roumanie comme le souligne Vlad Ciurca, cofondateur et producteur exécutif de Techsylvania. Un événement clé de la scène technologique de l’Europe de l’Est qui a rassemblé dans sa dernière édition 2.200 participants à Cluj-Napoca. Autre atout dont dispose ce secteur en Roumanie : l’attention portée, et cela au plus haut niveau de décision comme le souligne Vlad Craioveanu, cofondateur d’Impact Hub Bucarest. «Le gouvernement fait de très bonnes choses et est encourageant». Jamil Benabdallah, directeur exécutif de TOKEO Software revient ainsi sur des «financements très importants» de la part du gouvernement roumain tout en regrettant qu’il n’y ait «pas assez de partenariats public-privé».

Une excellence universitaire

«On se bat pour aller dans de bonnes universités et devenir programmateur» explique Jamil Benabdallah soulignant la forte demande d’étudiants dans ce secteur. La Roumanie dispose aussi de grandes universités techniques spécialisées rappelle Vlad Ciurca. Autres succès dans la formation relevés par Vlad Craioveanu : «les excellentes universités en sciences» soulignant le succès d’entreprises roumaines. Bitdefendr est une entreprise située à Bucarest disposant de la plus grande infrastructure de cybersécurité au monde comptant plus de 500 millions d’utilisateurs. Pourtant, on ne voit que peu ce qui se passe en Europe de l’Est. «On a davantage l’habitude de regarder vers les Etats-Unis. Il manque une visibilité à l’écosystème roumain» déplore Andrada Dugan, Directrice exécutive du Rolling Lab de Paris & Co.

Un état d’esprit fédérateur

«Il y a des pépites qui ne sont pas encore exploitées» relève Andrei Nagy, cofondateur et COO d’AlphaBlock louant «leur appétit». Ces pépites ont un état d’esprit propre à être révélé. «Un état d’esprit d’entrepreneur» relève Jamil Benabdallah. Andrada Dugan souligne «l’ouverture d’esprit, l’écosystème qui bouge de façon plus souple».

L’expérimentation joue un rôle clé. «Les choses sont simples et moins rigides. On essaie d’inventer» souligne Jamil Benabdallah évoquant l’environnement très créatif régnant en Roumanie. Ainsi, ce terrain d’expérimentation permet de lancer une activité et de trouver très rapidement des partenaires. Andrei Nagy évoque l’inscription dans une échelle plus large. «On développe l’innovation directement pour le niveau global». Pour Jamil Benabdallah, la Roumanie prend véritablement place «dans une logique de startup nation».

De l’importance des liens tissés

«La bataille ne fait que commencer, en matière digitale, face à deux continents, deux puissances avec deux modèles de développement qui n’ont tient à voir : l’Amérique et l’Asie. Ces deux continents soutiennent leurs entreprises mordicus. C’est bien dans ce match que l’Europe doit trouver sa place. La Roumanie est aussi une de ces vitrines, par les talents, la qualité, qui porte une terre d’innovation» relève David Lacombled, président de La villa numeris, mettant en avant la confiance comme «maître-mot du modèle de développement du numérique». Aussi, pour Paul Stefanut, il faut «voir les choses au moins au niveau européen».

L’Ambassadeur rappelle que les technologies de l’information et de la communication (TIC) figurent parmi les 5 premiers investissements de la France en Roumanie. Un intérêt mutuel pour nos deux pays. Aussi, Vlad Craiovenau fait part de sa curiosité au sujet du déroulement des investissements en France dans l’écosystème tech. Un intérêt qui n’est pas prêt de s’arrêter en témoigne la suite de la saison roumaine de La villa numeris qui se poursuit hors de l’hexagone. Le think-tank sera à Cluj-Napoca et Bucarest en juin prochain.

>> Voir la vidéo

//. Les intervenants

Luca Niculescu

Ambassadeur de Roumanie en République française

Rencontre animée par

Isabelle Lefort

Journaliste

Paul Stefanut

France Liaison Associate, Spherik Accelerator

 

Andrada Dugan

Head of the Rolling Lab, Sustainable logistics & mobility startups incubator @Paris&Co

Vlad Craioveanu

Co-founder, Impact Hub Bucarest

Andrei Nagy

Co-Founder & COO, AlphaBlock

Jamil Benabdallah

Exeutive Director, Tokeo Software

 

Vlad Ciurca

Co-founder & executive producer, Techsylvania

(interview vidéo)

 

 

Manifestation organisée dans le cadre de la Saison France-Roumanie

Comité des mécènes

Partenaires réseaux


Be the first to comment

Please check your e-mail for a link to activate your account.

connect