Bonne lecture

Lu et apprécié

Quand les juges et les avocats deviennent des auxiliaires de justice

« L’écriture numérique ne se borne pas à bouleverser les fondations du procès classique, elle prétend fournir les moyens de le remplacer purement et simplement. » Une ambition qui ne cesse de prendre de l’ampleur. Aussi, dans leur essai, Justice digitale, révolution graphique et rupture anthropologique, Antoine Garapon et Jean Lassègue mettent en lumière les impacts du numérique dans la société et le lien social.

Parce que  les innovations qui sont légion, à l’image de la blockchain ou de l’Intelligence artificelle (IA), ont un impact sur la société, les auteurs, Antoine Garapon, magistrat et secrétaire général de l’Institut des hautes études sur la justice et Jean Lassègue, chercheur au CNRS, attaché à l’Institut Marcel Mauss, ont choisi d’interroger leur résonance  et le sens en s’inscrivant dans une vision à long terme. Ils questionnent ainsi le lien entre droit et numérique. Avec distance, ils se refusent à « fétichiser la technique ». Ils appréhendent la « justice digitale » comme « ce que l’on nomme également la « justice prédictive », et au-delà tout ce que l’on appelle aujourd’hui la legaltech (applications juridiques), mais aussi la blockchain-, doit être comprise comme une source alternative de normativité juridique. »

Read more


Réservé aux adhérents

connect