Faut-il légiférer sur les plateformes ?

Pour un test & learn législatif

Le premier rendez-vous #DigiLex, jeudi 23 février 2017, traitait de l'économie des plateformes.

Le débat a été introduit par un benchmark réalisé par Treize Article auquel ont réagi Jérôme Bignon, sénateur, et Teddy Pellerin, cofondateur de Heetch.

Depuis, la société Heetch a été lourdement condamnée et suspendue par la justice, jeudi 2 mars. La start-up et ses deux dirigeants ont été reconnus coupables de complicité d'exercice illégal de la profession de taxi.

Au delà, l’économie des plateformes pose une série d’enjeux en matière d'aménagement du territoire, de mixité sociale, de loyauté commerciale et d'emploi. Autant de paramètres à prendre en compte par le législateur.

Le débat

Les plateformes transforment l'économie en profondeur. Le parlement doit se donner les moyens d'anticiper >> Lire le compte-rendu

Plongée dans l'économie des plateformes avec un focus sur Airbnb >> Voir le benchmark

Ressources

Jérôme Bignon : « La fulgurance des sujets numériques ne peut que faire réagir un parlementaire » >> Lire l'interview de Contexte

Cofondateur de Heech, Teddy Pellin est bien placé pour savoir que le cadre légal n'est pas balisé. Il était le grand témoin du débat >> Lire la bio de Teddy Pellerin

Pour aller plus loin >> Revue de presse

Read more

Plateformes, le benchmark

Plongée dans l'économie des plateformes avec un focus sur Airbnb

>> Voir la présentation sur SlideShare


#DigiLex Plateformes, compte-rendu des échanges

Pour un test & learn législatif

Moins de produits, plus de services. Ce qui désormais a de la valeur, c’est moins l'objet que l’idée. Nous somems en train de passer d'un droit de propriété à un droit d’usage. Les plateformes transforment l'économie en profondeur

Prise de conscience. L’économie des plateformes, jouant un rôle d’intermédiation, crée de nouvelles configurations. Elle est forte de son modèle de développement « ne nécessitant pas de mobilisation importante d’actifs » comme le souligne le fondateur de Treize Articles, François Raymond dans son étude. Teddy Pellerin est  le co-fondateur de Heetch, une application mobile mettant en relation des particuliers pour se déplacer la nuit. Ce dernier est actuellement suspendu à une décision de justice quant à la poursuite de son activité. Il explique que l’objectif de sa plateforme n’est pas tant un gain d’argent que celui « d’amortir en partie les frais » pour la voiture. En effet, ceux-ci s’élèvent à 6000 euros en moyenne par année pour une personne possédant une voiture. La plateforme rassemble uniquement des non-professionnels. Il évoque ainsi l’évolution de l’économie du partage qui débute en 2002 avec le couchsurfing. Cette économie joue un rôle face à la « crise de confiance » traversée par la société. Un tournant s’opère avec AirBnB qui met en avant le gain d’argent.  

Une économie façonnée par « la prescription sociale » élément clé selon François Raymond. Elle est facilitée par une inscription dans une logique bicéphale où règnent gratuité et simplicité. « La valorisation des plateformes est fondée sur le nombre et la qualité des interactions qu’elles organisent et non sur leurs actifs. » précise François Raymond. De là, nait une prescription sociale, ou un lien est tissé. C’est ce qui en fait sa force à l’image de la plateforme SoS Jober présidée par Bruno Haziza mettant en relation des particuliers avec des autoentrepreneurs, artisans et professionnels pouvant ainsi se retrouver. Il souligne « la simplification » apportée par les plateformes.  

Elle a vocation à se diffuser dans tous les domaines de la société avec des services toujours plus nombreux. D’ailleurs, David Lacombled, Président de La villa numeris, souligne ainsi l’interrogation quant « au cœur de métier d’Alibaba » tant le groupe chinois s’est étendu.

Anticipation ou réaction ? Quelle place pour le législateur ?

Les enjeux posés sont nombreux : de l’aménagement du territoire à la mixité commerciale, à  l’emploi. Pour le sénateur Jérôme Bignon, « le législateur devrait davantage être dans l’anticipation. Il doit régler les problèmes de demain. » Il évoque ainsi un changement de paradigme avec un mode opératoire qui diffère. Pour le lui, le législateur «  a une légitimité  à agir et à réguler. La façon d’agir doit être différente. Cela ne dispense pas d’anticiper et d’évaluer. » Il note la complexité et le caractère « fulgurant » de la numérisation de l’économie. « Le système économique va obliger à bouger » considère-t-il. La question de la dénaturation est posée lors de l’utilisation d’outils du territoire à des fins qui ne sont pas celles pour lesquelles ont été créées les structures dans le cadre des textes de loi. De fait, « la portée générale d’un outil juridique peut être dénaturé ».    

Face à ces changements qui sont légion, le législateur ne peut rester sur une même posture. En effet, « avec la dématérialisation de ses activités, la plateforme est très agressive en terme de développement pour acquérir de nouveaux marchés dans la mesure où le coût d’entrée est beaucoup moins élevé qu’une activité classique » note le directeur de Treize Articles.  Teddy Pellerin évoque, quant à lui, « les contraintes et règles différentes entre l’amateur et le professionnel ». Il souligne que « le cadre est nécessaire ».

Elle a nombre de conséquences. La prise de décision s’impose, dès lors, comme nécessaire. Le choix de la réponse diffère. François Raymond dans l’étude qu’il mène prend l’exemple d’AirBnB qui bouscule la politique de logement dans des capitales par rapport à sa valorisation face à une location classique.  Il évoque ainsi Paris, Berlin et New-York qui apportent des réponses différentes quant à la réglementation. Paris propose une auto-réglementation en ligne incitant à une prise de conscience citoyenne et pouvant ainsi mettre la pression sur des voisins par exemple. Outre-Rhin, à Berlin, AirBnB est interdit. Une autorisation à demander en mairie est nécessaire. Cette dernière souhaite prendre appui de la collaboration des citoyens, avec un signalement de tiers, face aux obligations des propriétaires.

Vers un échange de bonnes compétences : un état d’esprit collaboratif

L’ensemble des acteurs se met d’accord sur une nécessaire concertation. Les acteurs de l’économie des plateformes prennent part au débat en décidant de s’engager. Ainsi, François Raymond souligne qu’ «  AirBnb transmet un email de la Mairie de Paris au loueur pour lui rappeler la réglementation en vigueur et l’inviter à se mettre en règles » au-delà du plafond de 120 jours. C’est le seuil pour définir le « meublé touristique ».  

La démarche du test and learn est à prendre du côté des plateformes pour nourrir les démarches du législateur. Le sénateur note la notion « d’expérimentation ». Aussi, Bruno Haziza évoque « l’opportunité que représentent les plateformes ».  En effet, pour le parlementaire Jérôme Bignon, « c’est un champ immense à regarder. Quand il y a une nouvelle, opportunité de développer du commerce, de l’attractivité, il faut s’en saisir. »

 


Interview, Contexte

Jérôme Bignon : « La fulgurance des sujets numériques ne peut que faire réagir un parlementaire »

Lors du lancement du premier atelier des rencontres Digilex, jeudi 23 février, consacré aux plateformes, son initiateur, le sénateur LR Jérôme Bignon, explique à Contexte la genèse et les ambitions de ces rencontres consacrées au numérique.

>> Lire l'interview sur le site de Contexte (abo)


Notre grand témoin

1er invité : Teddy Pellerin, co-fondateur de Heetch

//. Teddy Pellerin, bio express :

Après 3 années à travailler pour différentes startup de l’énergie solaire, Teddy rejoint, début 2011, une amie d’école au Maroc : elle a lancé Mydeal.ma, un site d’achat groupé (type Groupon), qu’ils développent ensemble pendant 2 ans.

Début 2013, Teddy rentre en France et fonde Heetch avec un de ses amis. Heetch est une application mobile qui permet aux jeunes de se déplacer la nuit.

//. Présentation de Heetch :

En tant que plateforme de l'économie du partage, Heetch permet de mettre en relation des particuliers : des passagers et des conducteurs qui souhaitent amortir une partie des coûts de leur voiture. Heetch permet de créer de la mobilité nocturne (75% des trajets ont lieu le jeudi, vendredi, samedi soir), chez les jeunes (80% de moins de 25 ans), en banlieue (70% des trajets font intervenir la banlieue) et apparaît comme la solution permettant aux jeunes de s'épanouir lors de leurs sorties.


Ressources documentaires

Petite revue de presse sur l'économie des plateformes

 

//. Principe d'innovation

Les Echos, 3 mars 2017, David Barroux

En brisant les ailes d'une des trop rares start-up françaises, la justice adresse d'abord un mauvais signal aux entrepreneurs tricolores. A l'heure de la révolution numérique, l'Hexagone devrait être une terre d'asile pour les projets innovants. >> Lire l'éditorial

//. L’économie des plateformes décolle : comment mettre le phénomène à profit en France ?

MyD-Business, 16 janvier 2017, Francis Hintermann

BlaBlaCar, Le Bon Coin ou encore Drivy, les plateformes digitales* d’origine française sont de plus en plus nombreuses. Dans le sillage de la généralisation du mobile, du développement du cloud et de la révolution émergente de l’Intelligence Artificielle, les plateformes – ces entreprises qui créent de la valeur en facilitant l’échange de produits et/ou de services entre plusieurs groupes d’acteurs économiques – montent en puissance. Quelle est la place de la France ? >> Lire l'article

//. Taxer l’économie collaborative sans la tuer

Les Echos, 20 février 2017, Jean-David Chamboredon

Il faut bâtir un système qui ne pénalise pas l’essor des plate-formes dès le premier euro. L’enjeu est en effet de les laisser atteindre une masse critique pour survivre. >> Lire la tribune

//. Quelle régulation pour l'économie des plateformes ?

Millénaire 3, 9 septembre 2016, Stéphane Grumbach

Stéphane Grumbach décrypte le caractère « disruptif » de l’économie des plateformes. Celles-ci s’imposent en effet comme les intermédiaires incontournables entre fournisseurs et utilisateurs dans un nombre sans cesse croissant de secteurs d’activités. Il soulève également un enjeu crucial pour l’Europe, et notamment pour une métropole telle que Lyon : faire émerger de véritables challengers face aux plateformes américaines. Il en va selon lui de la capacité à ancrer la valeur en Europe et construire une régulation adaptée à l’économie des plateformes. >> Lire l'interview


connect

get updates